La crise européenne abat sans pitié nos dirigeants, les uns après les autres, comme à la foire dans un stand de tir. Après l’Irlandais et le Portugais, le Grec et l’Italien sont tombés et on nous annonce, pour dimanche prochain, la chute de l’Espagnol qui, d’ailleurs, ne se représente même pas. Chacun se réjouit du départ de Berlusconi qui, par ses frasques dignes de l’empire romain le plus décadent, déshonorait la démocratie italienne depuis tant d’années. Personne ne pleure le…
 
> Lire la suite

Commentaires (6) | Mots-clefs : , , , ,