Obama, Cameron et Hollande avaient été formels. En multipliant les déclarations guerrières, les fanfaronnades et les rodomontades, ils avaient, tous les trois, affirmé qu’ils allaient « punir » sans pitié Assad d’avoir utilisé des gaz toxiques contre son peuple. L’Occident allait partir en guerre contre ce dictateur criminel et démontrer à la face du monde qu’il y avait une morale, la sienne, à respecter. A Washington, à Londres et à Paris, les états-majors préparaient leurs plans et mobilisaient leurs forces….
 
> Lire la suite

Commentaires (17) | Mots-clefs : , ,