Faut-il que Jacques Chirac soit, aujourd’hui, bien fatigué pour avoir accepté de rembourser, sur sa propre cassette, une partie des sommes qui auraient été indûment versées par la Ville de Paris à des employés « fictifs » qui auraient été embauchés « par complaisance », alors qu’il était maire de la capitale, entre 1977 et 1995. Jusqu’à présent, l’ancien président avait toujours affirmé que ces emplois étaient « légitimes et utiles à Paris et aux Parisiens ». En acceptant de…
 
> Lire la suite

Commentaires (4) | Mots-clefs : ,