François Hollande s’imaginait visiblement que la COP21 serait « le » temps fort de son quinquennat et qu’en recevant 150 chefs d’Etat ou de gouvernement pour lutter contre le réchauffement climatique il apparaitrait aux yeux des Français comme « le sauveur de la planète », ce qui, bien sûr, faciliterait sa réélection en 2017.

Pas de chance pour lui ! On sait déjà que si jamais Hollande entre (par la petite porte) dans l’Histoire de France ce sera pour avoir instauré le mariage des homosexuels, aggravé le drame du chômage et, éventuellement, déclaré la guerre au terrorisme islamique.

Les Français ne se désintéressent pas de l’avenir de la planète et savent très bien qu’à force de jouer les apprentis sorciers dans leur course effrénée au progrès, les hommes saccagent la terre et la nature, font fondre les pôles et les glaciers, multiplient les déserts, détruisent les forêts, assèchent les cours d’eau et rendent irrespirables leurs villes. Mais ils ne croient pas un seul instant que des pays comme la Chine, l’Inde ou le Brésil vont renoncer à se développer à grande vitesse et accepter que leurs populations continuent à crever de faim simplement parce que les « grands » pays qui pendant des siècles se sont enrichis  avec du charbon et du pétrole le leur demandent, même poliment. Les Etats-Unis, autres grands pollueurs devant l’éternité et qui se lancent à corps perdu dans l’exploitation du gaz de schiste ne sont pas prêts non plus à accepter la moindre règlementation « contraignante ». Or, dès l’instant où une réglementation n’est pas « contraignante » elle est nulle et non advenue

Hollande continue donc à faire de la « com’ » avec ses gros sabots en essayant d’épater la galerie et d’amuser le tapis. Il nous raconte qu’il va sauver la planète en organisant un « raout » planétaire et qu’il va terrasser le terrorisme islamique en décrétant l’état d’urgence. En fait, il paralyse Paris pendant 48 heures et supprime pour au moins trois mois un certain nombre de nos libertés fondamentales. Autant dire qu’il est totalement à côté de la plaque.

Tout le monde sait que les embouteillages ne sont pas bons pour la planète et que l’un des objectifs des terroristes islamistes est précisément de nous voir renoncer à nos libertés.

Pourquoi ne pas avoir organisé cette COP21 dans une de nos grandes villes d’eaux dont les nombreux hôtels sont vides en cette période de l’année ? Fallait-il d’ailleurs faire venir des quatre coins de la planète 40.000 personnes ( !) pour redécouvrir les charmes des moulins à vent et l’intérêt des rayons du soleil et pour inventer l’eau tiède ?

Pourquoi avoir imposé à tous les Français cet « état d’urgence » alors qu’il aurait suffi d’envoyer si ce n’est l’armée du moins la gendarmerie et la police reprendre possession de nos quartiers de non droit où pullulent les imams qui prônent le djihad, les trafiquant de drogue qui se reconvertissent dans la vente d’armes de guerre et les loubards qui ont trouvé dans l’Islam le meilleur des alibis pour continuer à faire la loi dans leurs cités pourries ?

Pourquoi ne pas avoir demandé à nos « amis » saoudiens, qataris, koweitiens et émiratis d’arrêter de subventionner Daesh plutôt que d’envoyer le Charles de Gaulle faire des ronds de l’eau au large de la Syrie ?

La réponse à ces questions est simple. La « com’ », toujours la « com’ ».

Mais Hollande ne se rend pas compte qu’avec sa « com’ » à gros sabots, il fait de la « pub » pour… Marine Le Pen.