Certes, on s’y attendait un peu mais tout de même cela choque.

Selon le sondage IFOP que le Journal du Dimanche publie aujourd’hui, François Hollande a « gagné » 7 points de plus dans l’opinion « grâce » aux attentats de l’autre semaine qui ont fait, rappelons-le, 130 morts et des centaines de blessés. Ce n’est, évidemment pas époustouflant puisqu’il n’est encore qu’à 27% d’opinions favorables contre 40% des Français qui sont « plutôt » mécontents et 33% qui sont « très » mécontents. Mais ce « sursaut » a évidemment quelque chose de scandaleux.

Dans n’importe quel pays « normal », l’opinion publique aurait été sans pitié pour condamner n’importe quel gouvernement après un tel carnage en plein cœur de la capitale. En France, non.

Depuis plus d’une semaine, sur toutes les chaines de radio et de télévision, dans tous les journaux, on nous répète que nous avons les meilleurs services de police du monde et que Berna     rd Cazeneuve est le meilleur ministre de l’Intérieur que nous ayons jamais eu depuis Fouchet. Et, bien sûr, personne n’ose s’insurger. Une dizaine de terroristes connus, fichés, suivis et qui ne sont de toute évidence pas des « aigles » massacrent 130 personnes et tout le monde crie « Bravo, Cazeneuve ! Bravo, Hollande ! »

Du temps de de Gaulle, quand il y avait un accident de train, le président de la SNCF sautait immédiatement et tout l’état-major du ministère de l’Intérieur a été limogé sans ménagement dès que le Général a eu connaissance de l’affaire Ben Barka. Mais il est vrai qu’à l’époque il y avait un Etat et qu’il était respecté parce que respectable. Toujours est-il qu’aujourd’hui personne n’a demandé la démission immédiate du ministre de l’Intérieur et le président a gagné un peu de popularité.

On notera cependant que ce vendredi 13 novembre a été « moins bon » pour Hollande que le mercredi 7 janvier. Les morts de Charlie-hebdo et de l’épicerie cachère et la Porte de Vincennes, pourtant infiniment moins nombreux, avaient rapporté 12 points à Hollande. Les morts connus seraient-ils plus « payants » que les morts inconnus ? Sans doute. A moins que ce ne soit l’habitude…

Certains diront que si nos « services » plus ou moins secrets ont été incapables de prévoir et de prévenir ces attentats et que donc si le pouvoir n’a pas su assurer la protection des citoyens, comme cela est pourtant le premier de ses devoirs régaliens, Hollande a été « parfait » dans son personnage de « croque-mort » présidentiel, allant immédiatement sur les lieux du drame, multipliant les interventions à la télévision, appelant à l’Union sacrée, décrétant l’état d’urgence, réunissant le Congrès et annonçant à la France entière que tout serait fait désormais pour qu’un tel drame ne se reproduise pas. C’est ce qu’on appelle de la « gesticulation » et de la « communication ». Cela n’a strictement rien à voir avec la fonction de chef de l’Etat.

Tous les courtisans de notre presse complaisante répètent à satiété que Hollande a su « gérer cette crise ». De qui se moquent-ils ? Gérer une crise en face du terrorisme ne consiste pas à organiser des minutes de silence et des hommages dans la cour des Invalides. Mais bien à prendre les dispositions indispensables pour démanteler les réseaux encore en ville.

Ces mêmes boni-menteurs nous disent aussi que François Hollande a pris la tête d’une grande coalition internationale qui va s’attaquer à l’Etat Islamique et ils nous annoncent que le président de la République va, cette semaine, s’entretenir successivement avec Cameron, Obama, Merkel et Poutine.

Ils ne précisent pas que, pour rencontrer le président américain ou le président russe, le président français est obligé d’aller à Washington et à Moscou. Autant dire que c’est lui qui, comme un petit garçon, sollicite les Grands pour qu’en souvenir des morts qu’elle vient d’avoir ils donnent une petite place à la France dans cette coalition.

Avec Poutine, la démarche va même être plus pitoyable encore puisque Hollande qui voulait faire reculer les Russes en Ukraine et faire la guerre à Assad va devoir entrer au Kremlin à quatre pattes et pieds nus et supplier le Tsar de bien vouloir oublier toutes les paroles malheureuses que le gouvernement français a prononcées ces derniers mois aussi bien à propos de l’Ukraine qu’à propos du dictateur de Damas qui devient maintenant l’ami de tout le monde.

Cela dit, ces fameux 7 points regagnés par Hollande ne vont pas durer. Les 12 points de Charlie-Hebdo avaient disparu en moins d’un mois. Les morts du Bataclan ne sauveront pas le PS d’une déroute lors des régionales. Mais tout de même ! Les Français sont un peuple curieux