Anne-Sophie Leclère vient d’être condamnée à neuf mois de prison (ferme), 5 ans l’inéligibilité et 50.000 € d’amende par le tribunal de Cayenne. Alors que notre justice est généralement accusée de laxisme et a, en effet, tendance à se montrer bien souvent indulgente à l’égard de tous les petits loubards qui détroussent les vieilles dames ou brûlent les voitures, c’est là une peine particulièrement lourde.
Qu’avait fait Anne-Sophie Leclère ? Avait-elle braqué une banque, attaqué des policiers, volé dans un supermarché ? Non. Cette candidate du Front National aux dernières élections municipales de Rethel, dans les Ardennes, avait, sur facebook, comparé Christiane Taubira à… un singe.
Cette plaisanterie de très mauvais goût n’est, évidemment, pas admissible. On peut reprocher bien des choses à l’actuelle Garde des Sceaux, la madone du mariage des homosexuels, mais comparer cette indépendantiste guyanaise à un singe c’est, bien sûr, faire preuve de racisme et c’est condamné par la loi. Le Front National (lui aussi condamné dans cette affaire, sans qu’on comprenne pourquoi) avait d’ailleurs exclu Anne-Sophie Leclère aussitôt.
C’est le parti fondé en 1993 par Christiane Taubira elle-même, le Walwari, version indépendantiste guyanaise du parti radical, qui a porté plainte contre Anne-Sophie Leclère devant le tribunal de Cayenne, pour « provocation à la haine raciale » et « injure raciale ». Anne-Sophie Leclère qui habite des Ardennes ne s’est pas rendue devant le tribunal de Cayenne pour l’audience ce que les juges ne lui ont visiblement pas pardonné.
Tout le monde aurait compris que l’accusée soit condamnée à une peine de prison avec sursis et à une amende « raisonnable ». Mais la scandaleuse sévérité du verdict transforme la « coupable » (de racisme) en victime (de la justice). Pourquoi les magistrats guyanais n’ont-ils pas décidé de rouvrir le bagne local pour y jeter la fautive ? Qui pourrait croire une seule seconde que ces juges, en donnant raison, au-delà de toute raison, au parti de Christiane Taubira, n’ont pas voulu, en piètres courtisans, plaire à leur ministre, la Garde des Sceaux. Il est d’ailleurs évident que ce procès aurait dû être délocalisé.
Notre justice se déconsidère aussi bien par son laxisme que par ses excès et se ridiculise, une fois de plus, aujourd’hui. Place Vendôme, on nous fait comprendre qu’Anne-Sophie Leclère ayant fait appel sa peine sera sans doute amoindrie et qu’en tous les cas, condamnée à moins de deux ans de prison ferme, la « délinquante » pourra, grâce aux nouvelles dispositions de Christiane Taubira elle-même, bénéficier d’un aménagement de peine. On veut l’espérer.
Le racisme est, évidemment, une des plaies de notre société chahutée par une immigration incontrôlée, une totale perte de nos repères et de nos valeurs. Mais il est indéniable que les excès souvent délirants du politiquement correct, de tous les lobbies auto-proclamés défenseurs des Droits de l’homme et, en l’occurrence, de la justice vont à l’encontre d’une réflexion commune sur cette question.
Combien de Français qui auraient donné tort à Anne-Sophie Leclère vont, maintenant, par la faute de ces juges de Cayenne, lui donner raison ? Christiane Taubira n’est pas un singe mais les juges de Cayenne sont des caniches bien dressés qui ne font pas honneur à la justice d’un pays où l’on prône soi-disant la liberté d’expression…

Mots-clefs : ,