La coupe du monde de football va-t-elle réussir à occulter ce qui se passe en Irak ? C’est sûrement ce qu’espèrent tous nos dirigeants, car ce qui se passe là-bas est dramatique, épouvantable, va avoir des conséquences considérables et toute la communauté internationale en est collectivement responsable.
Les Djihadistes de l’EIIL (l’Etat islamique en Irak et au Levant) se sont emparés de Mossoul, de Samara, de Takrit, continuent leur descente victorieuse vers le sud et vont, sans doute, arriver avant longtemps à Bagdad. L’Irak risque donc de devenir une république islamiste, ou du moins ce qu’il en restera car, bien sûr, les Kurdes du Nord vont profiter de cette nouvelle péripétie pour renforcer leur autonomie et devenir, cette fois, totalement indépendants alors que les Chiites du sud vont, sans aucun doute, entrer, comme d’habitude, en rébellion.
Une fois de plus, il faut rappeler la phrase de Churchill : « L’Irak cette folie des Britanniques qui, pour réunir deux champs de pétrole, celui de Kirkuk au nord et celui de Bassora au sud, ont réuni trois peuples que tout séparait et qui se sont toujours détestés, les Kurdes au nord, les Sunnites au centre et les Chiites au sud ».
Il est bien dommage que les Américains aient ignoré cette phrase de Churchill qui leur aurait, peut-être, évité d’accumuler les erreurs. On peut vraiment dire que, dans cette affaire irakienne, Washington, a eu « tout faux ».
Accusant à tort Saddam Hussein d’avoir des armes de destruction massive qu’il n’avait pas (et ils le savaient parfaitement), les Américains ont, en toute illégitimité, envahi l’Irak, renversé et exécuté le dictateur puis instauré un régime totalement fantoche en donnant tous les pouvoirs aux Chiites, majoritaires dans le pays mais que les Sunnites qui régnaient sur l’Irak depuis l’indépendance avaient toujours plus ou moins persécutés. Il était évident que les Sunnites allaient réagir et que l’Irak allait éclater et sombrer dans le pire des chaos.
Les Djihadistes aujourd’hui qui déferlent vers Bagdad ne sont pas des Islamistes comme les autres. Ils sont, d’abord et avant tout, des Sunnites nostalgiques de Saddam Hussein et qui veulent reprendre le pouvoir que les Américains leur ont arraché. Si leur chef, Abou Bakr al Baghdadi qu’on appelle déjà « le nouveau Ben Laden », est un fou de Dieu qui a déclaré le djihad à l’Occident et veut imposer dans un grand état islamiste la Charia à l’Irak, à la Syrie et au Liban, le gros de ses troupes est constitué d’anciens « saddamistes », c’est-à-dire des sunnites bassistes qui ont basculé dans l’Islamisme radical car c’était pour eux le seul moyen de prendre leur revanche contre les Américains et contre les Chiites. La politique de Washington a réussi à transformer des laïcs modernistes… en Islamistes radicaux !
Une question, évidemment, s’impose : qui est derrière ces Sunnites devenus Islamistes, qui les finance, leur procure des arme ? La réponse est facile à trouver. Ce sont toujours les mêmes qui, du Mali à la Syrie, en passant par la Tunisie, la Libye, l’Egypte et le Yémen, envoient des flots de dollars et des tonnes d’armes aux Islamistes qui ont déclaré la guerre à l’Occident. Ce sont nos « amis » les Saoudiens et les Qataris qui veulent à la fois se faire pardonner (par Allah et par leur population) leur propre « occidentalisation » et, du moins en Syrie et en Irak, régler leurs comptes avec le Chiisme.
Tant que Washington, Londres, Paris et les autres capitales occidentales n’oseront pas, de peur de perdre quelques contrats juteux, exiger de ces théocraties moyenâgeuses qu’elles cessent de jouer à ce jeu, les Islamistes de tout poil apparaitront un peu partout.
L’Irak a toujours eu mauvaise réputation. Mais, pour ceux qui connaissent un peu ce pays, cette Mésopotamie, baignée par le Tigre et l’Euphrate, reste encore le berceau de la civilisation. C’est ici qu’on a inventé, il y a 4.000 ans, l’écriture, l’irrigation et la Justice avec le Code d’Hammourabi. Mossoul (où on inventa la mousseline) est à côté de Ninive, Bagdad fut la capitale des Mille et Une Nuits…
Cette « folie » des Britanniques qui n’a jamais été qu’un pays éclaté et qui est aujourd’hui en ruines, reste malgré tout un pays phare pour le monde arabe. La bêtise des Occidentaux et particulièrement celle des Américains l’a fait sombrer dans le désastre et maintenant l’Islamisme. Cela va nous coûter très cher et d’autant plus que sous ces dunes où somnolent encore les souvenirs de l’empire de Nabuchodonosors, il y a du pétrole.

Mots-clefs :