On nous dit que François Hollande va, dès le début de la semaine prochaine et après avoir analysé en détail sa déroute des municipales, repartir à l’assaut de l’opinion publique. Il préparerait une grande intervention à la télévision au cours de laquelle il nous annoncerait un vaste remaniement ministériel tout en nous présentant, point par point et sous son meilleur jour, son fameux Pacte de responsabilité.
On ne peut pas reprocher au président de la République de se débattre comme un vilain diablotin qui se noie et de tout essayer pour refaire surface. Mais il est bien dommage qu’entre ses activités professionnelles et sa vie privée le chef de l’Etat n’ait pas pris le temps de parcourir un peu tous les rapports que lui ont adressés les préfets et même la presse, voire aussi –pourquoi pas ?-ce modeste blog et les commentaires de ses amis.
Il y aurait appris, d’abord, que chaque fois qu’il est apparu à la télévision, depuis son élection à l’Elysée, il a, à tous les coups, perdu des points dans tous les sondages. Il ne « passe » pas bien sur le petit écran. Ce mélange de pépère tranquille et sûr de lui, rad.-soc de la IIIème République, et d’idéologue sectaire de la SFIO de la IVème nous est devenu totalement insupportable. Non seulement il n’est plus crédible depuis longtemps mais, avec ses éternelles promesses de lendemains qui chanteront, il est devenu carrément ridicule.
Il aurait, ensuite, appris que c’est à lui, et à lui seul, que les Français ont voulu donner une claque retentissante lors de ces élections municipales. La Vème République est ainsi faite que c’est le président qui est l’unique responsable et donc l’unique coupable de tous les malheurs du pays. Sarkozy avait raison de traiter son Premier ministre de simple « collaborateur ».
Les remaniements ministériels n’ont d’ailleurs jamais redonné le moindre souffle à aucun président. Souvenons-nous, quand Giscard a remplacé Chirac par Barre, quand Mitterrand a remplacé Mauroy par Fabius, ou Rocard par Cresson puis Cresson par Bérégovoy ou quand Chirac a remplacé Raffarin par Villepin, aucun d’entre eux n’y a gagné grand-chose. Et même quand, avec la nomination de Fabius, il s’est agi d’un véritable changement de politique. Tous les cuisiniers vous le diront, ce n’est pas parce qu’on met du pili-pili dans de la ragougnasse et qu’on touille un peu que le plat devient plus appétissant.
Que Hollande nomme Valls, Sapin, Le Drian ou un autre sorti de son chapeau à Matignon ce sera toujours lui qui sera à l’Elysée et c’est ce dont les Français ne veulent plus. La ragougnasse aura le même goût…
Enfin, le président devrait comprendre, depuis le temps que nous le lui répétons, que personne ne croit un seul instant en son Pacte de responsabilité. Cette usine à gaz est doublement absurde puisqu’il s’agit, d’une part, de baisser les charges des entreprises alors qu’il faut trouver 50 milliards d’euros d’économies et, d’autre part, de troquer ces allégements de charges avec des « contreparties » –un ou deux millions d’embauches- pour lesquelles les patrons ne peuvent évidemment pas s’engager avant que l’économie n’ait réellement redémarré. Hollande se mord la queue !
Hollande espérait visiblement sauver le peu de meubles qui lui restait avec le « Front républicain ». Il s’imaginait, bien naïvement, qu’au milieu de la débandade générale ses troupes seraient sauvées par les électeurs de droite qui oublieraient le bilan de ces deux années catastrophiques de socialisme pour faire face au « péril fasciste ». Ca n’a visiblement pas marché.
« L’union sacrée » ne se fait plus contre le Front National. D’abord, parce que « l’épouvantail » ne fait plus peur à personne. Ensuite, parce que, même si la presse n’a parlé que des quelques succès des amis de Marine Le Pen, la vague « bleue marine » est encore loin de submerger les 36.000 communes de France.
Si « union sacrée » il y a, elle se fait désormais contre Hollande et le socialisme. Il va être diablement intéressant d’observer les reports des voix des électeurs de gauche pour ce second tour. Choisiront-ils l’abstention, l’UMP ou le FN ?

Mots-clefs : , ,