A onze jours du 31 décembre, François Hollande continue à affirmer qu’il va inverser la courbe du chômage… avant la fin de l’année ! Il y a presque quelque chose d’émouvant chez ce chef de l’Etat qui, avec un entêtement stupéfiant, veut nier les réalités les plus évidentes, en continuant, obstinément, à prendre les Français pour beaucoup plus bêtes qu’ils ne sont.
Au moment même où le président de la République répète pour la énième fois son engament délirant, l’INSEE publie ses derniers chiffres. La croissance a été de -0,1% au cours du 3ème trimestre 2013, et va être de +0,4% au cours du dernier trimestre de 2013 avant de plafonner à +0,2% lors des deux premiers trimestres de 2014. On sait que, pour inverser la courbe du chômage, il faudrait une croissance de +1,5%. On en est donc très loin. L’INSEE note d’ailleurs que 23.000 postes ont été supprimés au cours des deux derniers trimestres de 2013 et que 8.000 postes vont l’être au cours des deux premiers trimestres de 2014. Ce qui veut dire que le chômage va encore augmenter et, toujours selon l’INSEE, passer de 10,9% à 11% dès le début de 2014, dans quelques jours.
Mais Hollande continue à nous mentir et peut-être même à se mentir à lui-même. Cela dit, il commence enfin à nous avouer publiquement qu’il a bien l’intention de tricher sans pudeur sur les chiffres. Hier soir, à Bruxelles, toute honte bue, il nous a froidement expliqué que sa politique pour l’emploi ne consistait qu’à multiplier les emplois d’avenir, les contrats de génération et les emplois aidés. C’est-à-dire des emplois bidon qui n’ont rien à voir avec l’économie dire « marchande », qui ne créent aucune véritable richesse et qui, surtout, sont payés par la collectivité ce qui veut dire que cette politique qui se dit « pour l’emploi » plombe encore davantage les entreprises et les consommateurs qui, seuls, les unes comme les autres, pourraient relancer la croissance et donc l’emploi.
C’est l’absurde dans toute sa grandeur ! Pour lutter contre le chômage, les socialistes créent des emplois aidés ce qui les oblige à augmenter encore les prélèvements obligatoires ce qui empêche les entreprises d’embaucher et les consommateurs de consommer. Et voilà pourquoi votre fille est muette et pourquoi la France s’enfonce inexorablement dans le pire des marasmes.
On ne nous a pas encore dit combien cette politique d’emplois bidon allait coûter à la République. Mais il est vraisemblable que, pour le même prix, il aurait mieux valu baisser les charges des entreprises pour leur permettre d’innover, de reconquérir des marchés et d’embaucher, tout en baissant les prélèvements pour que les Français puissent de nouveau acheter et faire redémarrer l’économie.
Mais les socialistes détestent les patrons et considèrent, maintenant que les « vrais » riches sont partis, que les classes moyennes sont les nouvelles vaches à lait qu’il faut traire jusqu’à la dernière goutte. Et tant pis pour les vrais pauvres, les vrais chômeurs, les vrais déclassés qui vont être, évidemment, les premières victimes de cette politique du suicide collectif.
Nous nous demandions hier ce que François Hollande allait bien pouvoir nous raconter en nous présentant, à la télévision, ses vœux pour la nouvelle année. Le compte à rebours a commencé. Nous sommes à J -11 et il continue à nous raconter des balivernes sans se rendre compte que le 1er janvier au matin, après l’avoir entendu, les Français vont se réveiller avec une furieuse gueule de bois en s’apercevant que le président de la République leur a menti sans vergogne depuis des mois et que le TVA a augmenté…
Hollande sera sans doute, et comme toujours, content de lui mais il sera bien le seul…

Mots-clefs : ,