Hollande a été hué par la foule, ce matin, place Charles de Gaulle, alors qu’il présidait la cérémonie du 11 novembre. Enfin, n’exagérons rien. Disons qu’une cerntaine de manifestants l’ont conspué et ont hurlé « Hollande démission ! » au moment où, après s’être incliné devant la Dalle du Soldat inconnu, il quittait l’Arc de triomphe. A voir les images transmises par la télévision, on comprend que ces jeunes gens aux cheveux courts et aux blousons noirs étaient, sans doute, d’extrême-droite et qu’ils avaient bien préparé leur coup, sachant que toutes les caméras seraient sur place. Certains diront que le moment et le lieu étaient particulièrement mal choisis. L’anniversaire de l’Armistice et l’hommage que la Nation se doit de rendre à tous ceux qui sont « morts pour la France » devraient être un instant d’union nationale bien au-dessus des querelles politiques. Mais d’autres leur répondront que François Hollande entend visiblement et abusivement se servir du centenaire de la guerre de 14 pour tenter de se présenter en homme du rassemblement, essayer de mobiliser l’opinion en sa faveur et se refaire une vertu. Quoi qu’il en soit, après les élections partielles perdues en cascades, les sondages de plus en plus calamiteux et les insurrections bretonnes des Bonnets rouges, cet incident du 11 novembre prouve à quel point le président de la République est rejeté et que ce rejet devient de plus en plus violent. Il était frappant de voir que ceux qui hurlaient le plus fort arboraient un bonnet rouge tout en évoquant « le mariage pour tous ». Ils protestaient donc à la fois contre le matraquage fiscal décidé par le gouvernement et les réformes dites « sociétales » entreprises par le chef de l’Etat. A ce propos, Hollande aurait tort de croire, sous prétexte qu’elle a été adoptée par le Parlement, que tous les Français ont accepté la loi Taubira. Il va se trainer ce chiffon rouge jusqu’à la fin de son quinquennat car il symbolise, aux yeux de beaucoup de nos compatriotes, les dérives d’un sectarisme du boboïsme parisien qui s’est imaginé qu’on pouvait faire oublier les gigantesques problèmes du pays en caressant dans le sens du poil le petit lobby homosexuel. Il est vraisemblable que le président de la République ne va plus pouvoir quitter le bunker de l’Elysée et mettre le nez dehors sans se faire siffler par la foule. Sarkozy avait connu cela à la fin de son règne. Mais c’est bien pire aujourd’hui car, cette fois, Hollande semble faire l’unanimité contre lui. Ce n’est pas en faisant arrêter d’une manière parfaitement scandaleuse les représentants du Front National avant toutes les manifestations (comme cela s’est passé ce matin) que le pouvoir fera taire les mécontents et applaudir le président car les amis de Marine Le Pen ne sont plus les seuls, loin de là, à réclamer la démission de François Hollande. Soixante-dix personnes ont été arrêtées ce matin sur les Champs-Elysées pour avoir conspué le chef de l’Etat. Mais, si l’on en juge par un dernier sondage, c’est 91% de la population française qu’il faudrait embastiller puisque 91% des Français exigent un changement.