La presse d’aujourd’hui affirme que François Hollande « cherche à rebondir ». C’est le grand mot du jour. Tout le monde affirme que l’affaire Léonarda a été une catastrophe… de trop. Et il est vrai que dans cette histoire tout à fait insignifiante –l’expulsion, conformément à la loi, d’une famille d’immigrés clandestins avec, peut-être, un petit manque de « discernement » des policiers- le président de la République a été particulièrement mauvais. D’abord, parce qu’il n’avait pas à se mêler de ce dossier, ensuite, parce qu’il aurait dû arbitrer entre son ministre de l’Intérieur et sa ministre du Logement, ensuite encore, parce qu’il n’aurait pas dû tolérer qu’un certain nombre de ses « amis » -à commencer par le président de l’Assemblée Nationale et le premier secrétaire du PS- le contredisent, enfin, parce que la solution qu’il a trouvée, autoriser la jeune fille à revenir sans sa famille, était particulièrement absurde. Mais si cet « incident » a fait descendre dans la rue quelques milliers de lycéens en mal de chahut et a souligné la haine qu’éprouvaient à l’égard de Manuel Valls bon nombre de socialistes, il n’a été qu’une goutte d ‘eau dans l’océan de récriminations que les Français font au chef de l’Etat. Cette goutte d’eau fera-t-elle déborder le vase déjà plein à ras bord, comme le croient plusieurs commentateurs ? Sans doute pas. Les Français se sont habitués à l’incompétence de leur président. Sa descente inexorable dans les enfers des sondages le prouve chaque semaine. Il est à jamais « plombé ». Nos compatriotes ne prêtent plus aucune attention à ce qu’il peut leur dire et lui voient un nez de Pinocchio qui s’allonge de jour en jour depuis qu’il leur a promis de ré-enchanter le rêve français, de changer l’Europe, de n’augmenter les impôts que pour les plus fortunés, d’inverser la courbe du chômage, d’aller châtier Bachar el Assad, etc. Certains, et non des moindres, ironisaient, à juste titre, sur « les balivernes et les fanfaronnades » de Sarkozy. Avec lui, c’est bien pire. C’est incohérences, reculades et inepties. Comment le kangourou pourrait-il rebondir aujourd’hui ? Il en a été incapable après l’affaire Cahuzac qui avait anéanti son image de donneur de leçon de morale, après les innombrables « couacs » au sein de son gouvernement qui avaient ridiculisé son image de chef, après ses velléités guerrières à propos de la Syrie qui l’avaient totalement discrédité aux yeux du monde entier. Le Figaro évoque ce matin des changements dans l’équipe de l’Elysée, un remaniement du gouvernement, une reprise en main du PS. Il n’y a aucun doute que l’entourage immédiat de François Hollande rue du Faubourg Saint Honoré, un ramassis de technocrates sectaires et obséquieux, le coupe des réalités du pays, l’incite à multiplier les gaffes et n’a aucun sens de l’art de communiquer. Il est évident que Jean-Marc Ayrault a très largement dépassé son niveau d’incompétence et que Martine Aubry avait parfaitement raison quand elle le qualifiait de « naze ». Quant aux ministres, soit ils jouent « perso » -Valls, Duflot, Taubira- et s’étripent à qui mieux-mieux pour se faire leur propre clientèle pour demain, soit ils sont totalement inexistants, Sapin, Touraine, Moscovici et les autres. Enfin, tout le monde est d’accord pour dire que le PS est devenu aussi invisible qu’inaudible et qu’Harlem Désir est désespérément nul. Les experts nous disent qu’Hollande attend la claque retentissante qu’il va, selon toute probabilité, recevoir aux prochaines municipales pour effectuer quelques changements aussi bien dans son cabinet élyséen, qu’au gouvernement ou que rue Solferino. On comprend mal qu’il lui faille attendre une déroute pour prendre des décisions que tout impose et qui lui permettraient, peut-être, d’atténuer la défaite. Mais les « hollandologues » nous rappellent que l’ancien premier secrétaire du PS déteste se séparer de ses proches et a toujours été convaincu d’avoir raison… en ne prenant jamais la moindre décision. Encore étonné d’avoir été élu, Hollande doit se dire qu’il n’y a aucune logique dans ce bas-monde et que les miracles peuvent toujours se reproduire. Alors, petit kangourou, il essaie de sautiller avec l’espoir de rebondir. Mais les kangourous ne peuvent pas rebondir dans les marécages.

Mots-clefs :