L’Union des Etudiants Juifs de France a décidé de porter plainte contre Yves de Kerdrel, directeur de « Valeurs Actuelles » en l’accusant d’« incitation à la haine raciale ». La couverture de « Valeurs Actuelles », sorti hier, montre une Marianne, le visage recouvert d’un voile islamiste et a pour titre : « Naturalisés : l’invasion qu’on cache ». Pour Jonathan Hayoun, président de l’Union des Etudiants Juifs de France et qui ne connait pas le sens des mots, « Il est urgent de mettre un coup d’arrêt à cette banalisation du racisme à l’égard des Musulmans ». Que des étudiants juifs se portent au secours des Musulmans -et même de ceux qui font voiler leurs femmes- est, évidemment, aussi sympathique que surprenant. Mais, là, toutes les bornes sont dépassées et cette (petite) affaire montre à quel point, nous sommes en plein délire. On veut espérer, sans trop y croire, que la justice française refusera sèchement d’étudier la plainte de Jonathan Hayoun et lui rappellera que la liberté d’expression est l’un des fondements essentiels de toute démocratie. On a (ou, en tous les cas, on devrait avoir) parfaitement le droit en France de s’inquiéter de la montée du fanatisme islamiste comme de celle de tous les fanatismes. C’est d’ailleurs ce qui s’appelle défendre la laïcité. On a aussi (ou, en tous les cas, on devrait avoir aussi) le droit, dans notre pays, de critiquer la politique d’immigration du gouvernement qui s’imagine désormais qu’il suffit de donner la nationalité française aux étrangers pour en faire des Français à part entière et régler tous les problèmes d’intégration ou d’assimilation. En fait, cette politique ne sert qu’à maquiller les chiffres. Une fois naturalisés, les étrangers ne sont certes plus des… étrangers. Mais, malgré de tour de passe-passe, ils restent des immigrés avec tous les problèmes que cela signifie. Il y a plus grave encore. Hayoun confond tout. « Valeurs Actuelles » s’en prend à l’Islam fondamentaliste, par l’image, et aux excès de l’immigration, par le texte. Cela n’a rien à voir avec le « racisme ». Ni les Musulmans, ni les étrangers ne constituent une « race ». On sait d’ailleurs qu’un bon nombre des femmes voilées qui hantent nos quartiers de non-droit sont des Françaises « de souche » et donc de « race » blanche, récemment converties. Quant à nos étrangers naturalisés, ils sont de toutes les races de l’arc-en-ciel. Il faudrait qu’on arrête de confondre « racisme », « islamophobie» et « xénophobie». Si le racisme doit, évidemment, être combattu avec la dernière des énergies, l’inquiétude devant la montée d’un Islam radical qui prône le djihad contre nous et l’inquiétude devant la montée de la déferlante des peuples du sud sur notre continent (ce que Giscard appelait il y a déjà très longtemps « l’invasion ») sont totalement légitimes. Tous nos dirigeants, de droite comme de gauche, reconnaissent d’ailleurs que la France ne peut pas accueillir « toute la misère du monde » (comme l’a dit Rocard) et –vœu pieux- qu’« il faudrait que l’Islam devienne compatible avec la démocratie » (comme vient de la dire Valls) ce qui prouve que pour l’instant il ne l’est pas.. Peut-on accuser François Hollande d’avoir fait preuve de « racisme » en envoyant nos Rafales bombarder dans le Nord Mali les « fous d’Allah » qui imposaient la Charia aux populations de Tombouctou et le Gao ? La dictature du « politiquement correct » et de la « pensée unique » nous interdit depuis trop longtemps d’aborder et donc d’essayer de régler des problèmes qui mettent en péril la France et les Français qui en ont assez d’entendre que « l’immigration est une chance » et que « l’Islam est une religion comme les autres » se réfugient dans l’extrémisme. Au lieu de tout confondre, de prendre la défense des femmes voilées et de vouloir faire museler la presse, l’Union des Etudiants Juifs de France ferait beaucoup mieux de se préoccuper de l’antisémitisme qui s’aggrave de jour en jour dans les quartiers où les Islamistes font désormais la loi.

Mots-clefs : ,