Décidément, nos dirigeants socialistes ne sont pas à court d’imagination. Ils viennent d’inventer un nouveau concept du droit : l’obligation sans la contrainte. C’est nouveau et c’est épatant.
Le principe est tout simple : ils décident que quelque chose est désormais obligatoire mais ils précisent aussitôt, en même temps, que ceux qui ne se soumettront pas à cette obligation n’encourront aucune sanction. C’est nouveau, épatant mais évidemment absurde.
Cette absurdité a un avantage considérable. Elle permet de faire plaisir à tout le monde. A ceux qui réclamaient à cor et à cri cette nouvelle disposition réglementaire et à ceux qui n’en voulaient à aucun prix. C’est un grand pas en avant fait dans le clientélisme tous azimuts.
Avec ce système audacieux, on pourrait, par exemple, annoncer que les plus riches seront taxés à 75% au-delà d’un million de revenu par an, ce qui ferait très plaisir à une écrasante majorité de la population, mais que si ces braves gens de riches ne souhaitaient pas, pour une raison ou une autre, participer à cet effort national, rien ne les y obligerait, ce qui comblerait les plus fortunés d’entre nous.
Le gouvernement expérimente prudemment cette nouveauté avec l’éthylotest.
On ne le sait pas toujours mais c’est un sujet qui fait débat dans notre pays depuis… 43 ans puisque c’est la loi du 9 juillet 1970 qui affirmait : « Tout conducteur d’un véhicule automobile devra justifier de la possession d’un éthylotest ». Faute de décrets d’application, ce texte a pourri dans les tiroirs de la République pendant les règnes de Pompidou, Giscard, Mitterrand, Chirac et Sarkozy, preuve, s’il en était besoin, de l’intérêt que nos parlementaires portent à leur propre travail et du respect que peut avoir l’administration pour les élus du peuple.
Ce n’est qu’à la fin du mandat de Sarkozy, le 28 février 2012, qu’un décret est enfin publié : « Tout conducteur d’un véhicule terrestre à moteur, à l’exclusion d’un cyclomoteur, doit justifier de la possession d’un éthylotest, non usagé, disponible immédiatement ». A croire que les cyclomotoristes, les pilotes d’avion et les commandants de navire peuvent être, eux, ivres-morts aux commandes de leurs engins respectifs. Ce décret précise que ceux qui ne seraient pas capables de présenter un éthylotest aux forces de l’ordre sont passibles d’une amende de 38 €.
La gauche remplace la droite au pouvoir et un décret parait le 29 octobre 2012 qui répète que la possession d’un éthylotest est obligatoire et que le conducteur doit le présenter aux forces de l’ordre qui le lui demandent mais qui, contrairement aux textes précédents, ne précise pas la date à partir de laquelle cette obligation entrera en vigueur.
Et, hier, le Journal Officiel publie un nouveau décret qui confirme bien que tout conducteur doit posséder un éthylotest mais qui ne parle plus de l’obligation faite au dit conducteur de le présenter aux forces de l’ordre. En clair, il faut avoir un éthylotest mais les forces de l’ordre n’ont pas à vérifier si on en a un ou pas…
Manuel Valls avait annoncé, le 24 janvier dernier, que l’obligation d’avoir un éthylotest était « reportée » sine die et, le 20 février, que cette obligation était « supprimée ». Finalement, l’obligation n’est pas supprimée mais personne n’est contraint de la respecter…
On peut s’étonner de l’incompétence du haut-fonctionnaire auteur de ce décret et qui devait avoir 5 grammes d’alcool dans le sang quand il l’a rédigé. On peut aussi, naturellement, ironiser sur « la Valls hésitation » habituelle de notre ministre de l’Intérieur pris, cette fois, entre les lobbies de la sécurité routière (et des fabricants d’éthylotests) et son obsession de ne pas déplaire au grand public. Mais, en fait, le haut-fonctionnaire et « le petit Valls » ont sans doute voulu, là, par flagornerie, faire du « Hollande pur jus ».
C’est quoi « le Hollande pur jus » ? C’est reculer tout en avançant, c’est dire tout et son contraire, affirmer qu’on va lutter à la fois contre le chômage et les déficits, qu’on va relancer la croissance et pratiquer l’austérité, prétendre qu’on ne veut plus de la Françafrique et faire la guerre au Mali, ménager la chèvre et le chou, confondre le lard et le cochon et même maintenant le bœuf et le cheval.
Bref, c’est dire, en effet, qu’il faut avoir un éthylotest dans sa voiture mais qu’on n’est pas obligé d’en avoir un.

Mots-clefs : ,