Arnaud Montebourg fait partie de ces personnages de notre cirque (politique) qui s’imaginent pouvoir tenir tous les rôles de la piste. Il a commencé par jouer les dompteurs, en voulant dresser un tigre du Bengale nommé Mittal et un lion d’Aulnay-sous-Bois qui s’appelait Peugeot. Devant les grognements des deux fauves, il a détalé au milieu des rires des enfants. Il s’est alors lancé dans le trapèze volant, en faisant des triples sauts périlleux entre menaces de nationalisation et accueil bienveillant des investisseurs étrangers. Il est tombé de haut et s’est écrasé dans la sciure, sous le regard apitoyé de M. Loyal. Maintenant, il joue les clowns. Pour amuser le jeune public, avec ses grandes chaussures et son nez rouge, il sort de sa poche ce qu’il appelle « la prime à la conversion ».
Les enfants applaudissent et croient reconnaitre « la prime à la casse ». « Pas du tout, s’écrie NauNaud-le-clown, la prime à la casse c’était affreux, c’était de droite ! Nous qu’on est de gauche, on veut aider les gentils Français à se débarrasser des vieilles voitures diésel trop polluantes »
« A bas le diésel ! » s’écrient les enfants. « Non, non, reprend le clown. S’attaquer au diesel ce serait s’attaquer au Made in France. Nous qu’on est de gauche, nous avons notre logique bien à nous. Nous voulons aider l’industrie automobile française qui fabrique des voitures diesel et, en même temps, décourager les Français d’acheter des voitures diesel. La droite qui n’avait aucune pudeur voulait que les Français envoient leurs vieilles voitures à la casse pour en acheter des neuves. Nous c’est totalement différent, nous voulons que les Français envoient leurs vieilles voitures à la casse pour en acheter des neuves. C’est de la conversion »
Le public qui sait que nos 7 millions de voitures diésel représentent 27% du parc automobile français et que ce sont généralement les moins favorisés qui possèdent, pour des raisons d’économie, ce type de voitures s’étonne un peu.
Des gradins, un gosse pose une question : « Dis donc le clown, comment tu vas financer ta prime à la conversion ? ». Le clown joue d’abord un petit air de trompette, puis, très sûr de lui, répond : « Facile ! C’est la spécialité de la maison, la recette du chef. On va augmenter les impôts. Les gens adorent. Ce n’est pas parce que des gogos ont payé plus cher leurs voitures diésel pour faire des économies qu’ils ont le droit de payer moins cher leur carburant ».
Sidéré, le public comprend. Le litre de gazole est taxé à 42 cts, le litre d’essence à 60 cts. Pour une fois, ce sera le nivellement par le haut. Tout le monde à 60 cts. Cela fera 7 milliards d’euros de plus pour l’Etat. Du bon usage de l’écologie !
La prime à la « conversion » va, peut-être, convertir les amateurs de diésel à l’essence mais elle risque bien de convertir aussi les 30% de Français qui font encore confiance à François Hollande…
Si certains, un peu cruels, se sont amusés en voyant le dompteur fuir devant les fauves et le trapéziste s’écraser sur la piste, le clown ne fait rire personne. Il y en a même quelques-uns qui en ont assez du cirque…

Mots-clefs : , ,