On ne peut pas reprocher à Serge Dassault d’avoir 87 ans et d’être l’un des hommes les plus riches de France même si ces deux « particularités » lui permettent de dire si ce n’est n’importe quoi du moins ce qu’il a sur le cœur.
Interrogé, hier, sur France Culture à propos du projet de loi sur le mariage des homosexuels, cet ancien polytechnicien, grand avionneur, sénateur de l’Essonne et propriétaire du Figaro a déclaré qu’à ses yeux l’homosexualité était « l’arrêt du renouvellement de la population » et, évoquant l’antiquité, il a ajouté : « Regardez l’Histoire, en Grèce, l’homosexualité est une des raisons de sa décadence à l’époque ».
Depuis, c’est un tollé de protestations indignées. La gauche unanime se déchaine contre ces propos qu’elle juge « homophobe » et traine le doyen du Sénat dans la boue.
On peut s’étonner (naïvement) de la violence de ces réactions.
D’abord, parce que François Hollande et Jean-Marc Ayrault nous avaient juré sur tous les tons que, désormais, le dialogue, la confrontation des points de vue et la recherche d’un consensus seraient au cœur de la « gouvernance ». Or, ce projet d’un « mariage pour tous » remet évidemment en cause l’une des grandes lois de notre société –pour ne pas dire de la nature- qui voulait que le mariage soit ouvert « à tous » à la seule petite condition que les deux candidats soient de sexe différent.
On aurait donc pu s’attendre à ce que, sur une question aussi importante, un dialogue, une confrontation des points de vue soient possibles même si la recherche d’un consensus semblait plus difficile. Certains avaient même osé espérer un référendum…
Or, c’est « Silence dans les rangs ! » Jamais « la pensée unique », « le politiquement correct » c’est-à-dire, en réalité, la dictature des bobos à petites fleurs et à gentils toutous ne se sont imposés à ce point. Etre hostile au mariage gay c’est maintenant être « homophobe » et donc tomber sous le coup de la loi, au même titre que ceux qui contestent le drame de la Shoah.
Les lobbies homosexuels ont réussi l’exploit de faire désormais passer ceux qui estiment qu’il faut réserver le mariage aux hétérosexuels pour des… révisionnistes ! Un comble !
Ensuite, il est tout de même étonnant qu’on puisse reprocher au vieux monsieur d’avoir énoncé ce qui semblait (jusqu’à présent) n’être qu’une vérité première : une homosexualité généralisée entrainerait l’arrêt du renouvellement de la population. Mais Serge Dassault a sans doute révélé là ce que les partisans du mariage homosexuel ignoraient. Pour faire des enfants, il faut un homme et une femme. Et c’était d’ailleurs pour cela que le mariage était jusqu’alors « réservé » aux hétérosexuels.
Enfin, on peut, peut-être, contester que l’homosexualité ait été « une des raisons de la décadence de la Grèce antique ». Mais ce qui est sûr c’est que tous les grands empires, voire toutes les grandes civilisations se sont effondrés quand ils ont abandonné les règles qui régissaient jusqu’alors leur société et qu’ils ont laissé les « barbares » envahir leurs cités.
Avec le mariage des homosexuels et le droit de vote des étrangers, les deux projets-phares du jour, certains pourraient craindre, en relisant l’Histoire, de la destruction de Sodome à la chute de Rome, que le quinquennat de François Hollande n’accélère notre décadence, entamée il est vrai depuis déjà quelque temps.

Mots-clefs : ,