Il n’aura pas fallu longtemps au maire de Gennevilliers pour capituler. A peine l’avait-on félicité d’avoir licencié quatre moniteurs de sa colonie de vacances qui respectaient le ramadan ce qui, de toute évidence, ne leur permettait pas de remplir correctement leur mission, que, devant les réactions de « bien-pensants » de tout poil, il est revenu sur sa décision et a réembauché ces quatre intérimaires qu’on imagine barbus.
On peut donc jeuner et se déshydrater toute la journée, c’est-à-dire se mettre dans un état de faiblesse notoire, et se voir confier la responsabilité de la sécurité de groupes d’enfants. Quand on connait le nombre d’accidents dramatiques qui ont lieu, chaque année, dans les camps de vacances et la règlementation qui, en principe, entoure toutes les activités des jeunes, on tombe à la renverse.
Deux choses sont à retenir de cette histoire.
D’abord, la fabuleuse puissance des lobbies de la pensée unique. La décision du maire de Gennevilliers était inattaquable. Le contrat de travail signé par ces quatre moniteurs précisait bien qu’ils devaient, comme les enfants dont ils avaient la charge, « se nourrir et s’hydrater normalement ». Les quatre hommes n’ayant pas respecté leur engagement en préférant respecter les préceptes du Coran, il était normal qu’ils soient licenciés.
Mais les lois du Code du Travail (ainsi que notre principe constitutionnel de la laïcité) doivent désormais s’incliner devant les lois de l’Islam pour peu que deux ou trois organisations de bobos parisiens lèvent le petit doigt.
L’autre chose qui frappe c’est la totale incohérence de nos dirigeants qui, visiblement, ne savent plus sur quel pied danser.
On ne voit pas pourquoi, puisqu’on autorise des salariés d’une collectivité locale à faire le ramadan pendant leurs jours de travail et malgré tous les risques que cela comporte, on interdirait aux femmes fonctionnaires de porter le voile intégral et aux maires de nos villes de célébrer des mariages multiples de polygames. Cela fait aussi partie des traditions de nos amis musulmans. On ne voit pas non plus pourquoi on autorise encore « les infidèles » à pratiquer leur religion dans ce pays, ce qui leur est formellement interdit en Arabie saoudite.
Nos responsables politiques nous rebattent les oreilles avec la laïcité mais inaugurent en grande pompe des mosquées, ils ne veulent d’aucune discrimination mais nous imposent la parité, ils nous interdisent de fumer et voudraient légaliser l’usage des drogues, ils nous parlent de la famille et vont autoriser le mariage des homosexuels, ils évoquent la patrie et vont accorder le droit de vote aux étrangers, etc., etc.
Si demain –ce qu’à Dieu ne plaise- trois enfants de cette colonie de vacances de Gennevilliers se noyaient au large de la plage de Port d’Albret sous les yeux de leurs moniteurs titubant de fatigue, ce serait le maire de Gennevilliers qui serait trainé devant les tribunaux…
On peut penser que, l’année prochaine, ce maire hésitera avant d’embaucher comme moniteurs des musulmans de retour de La Mecque, faisant cinq fois par jour leurs prières et respectant le ramadan.
Mais il sera alors accusé d’islamophobie et poursuivi pour discrimination à l’embauche.

Mots-clefs : , ,