La presse nous apprend, ce matin, que Nicolas Sarkozy a failli perdre sa montre hier après-midi lors du bain de foule qu’il a pris à la Concorde. Et cette même presse précise qu’il s’agissait d’une Patek Philippe en or blanc de… 55.000 €.
Certains mauvais esprits pourront donc résumer le quinquennat de Sarkozy en rappelant qu’alors que la France connaissait sa pire crise économique, avec un million de chômeurs supplémentaires et une épouvantable dégradation du pouvoir d’achat des classes moyennes, le président de la République, lui, était, au cours de ces cinq mêmes années, passé de la Rolex à la Patek. Belle promotion !
Ce n’est, bien sûr, pas un crime et ce ne sont pas les amis socialistes de Julien Dray (grand amateur de montres de luxe, on le sait) qui pourront reprocher au président-candidat ce curieux penchant pour l’horlogerie.
Ce n’est pas un crime mais c’est une faute. Comment un candidat qui tente désormais de se présenter en « candidat du peuple » peut-il aller à son ultime grand meeting populaire de campagne avec une montre-bracelet qui coûte plusieurs années de SMIC ?
Sarkozy n’aura donc rien compris. Il a commencé son règne au Fouquet’s, à bord du yacht de Bolloré, avec ses Ray Ban et sa fameuse Rolex ce qui a sans doute « plombé », en grande partie, son règne. Ses amis nous avaient alors affirmé qu’il avait admis que ce côté « bling bling », dû à l’influence néfaste de Cécilia, était insupportable pour beaucoup de Français et qu’il s’était corrigé de lui-même et grâce aux conseils de Carla. Et on avait cru, un moment, qu’il allait enfin se présidentialiser en renonçant à ses goûts de nouveau riche parvenu. En fait, le naturel est vite revenu au galop.
Les psychanalystes nous diront que « la Patek de la Concorde » laisse entendre que le président-candidat se projette déjà dans l’après scrutin et qu’il se voit désormais et comme il l’a toujours rêvé « faisant du fric », dans le privé, avec ses copains du CAC40.
Après tout, pour voir arriver l’heure de la défaite, autant que ce soit sur le cadran d’une Patek à 55.000 €.

Mots-clefs : , ,