Guéant s’est repris, une fois de plus, les pieds dans le tapis de prière. Poursuivant sa danse du ventre devant les électeurs du Front National, le ministre de l’Intérieur a déclaré, hier soir au cours d’un meeting UMP dans la banlieue de Nancy, qu’« accorder le droit de vote aux étrangers pourrait conduire à ce que des étrangers rendent obligatoire la nourriture halal dans les cantines scolaires ». C’est triplement imbécile.
D’abord, parce que ce freluquet qui a pourtant fait l’ENA confond –ce qui est impardonnable- nationalité et religion. On ne voit pas pourquoi, si demain on leur accordait le droit de vote (et d’être élus), des Brésiliens ou des Canadiens voudraient imposer la viande halal dans nos cantines. Guéant vise, évidemment, les étrangers… de religion musulmane, et en priorité les Maghrébins. Mais que fait-il alors des cinq ou six millions de Français musulmans qui, jusqu’à preuve du contraire, ont –comme tous les autres Français- le droit de vote, le droit d’être élu et même le droit de souhaiter qu’il n’y ait que de la viande halal dans nos cantines scolaires, que les piscines municipales pratiquent la discrimination sexuelle (ce qui se fait déjà dans un certain nombre de communes), voire que les femmes soient voilées dans les rues ?
Si l’on comprend bien le ministre, il faut non seulement s’opposer au droit de vote des étrangers mais il faut aussi retirer ce droit de vote à tous les Français musulmans du pays ainsi d’ailleurs qu’aux Français juifs qui pourraient vouloir, demain, imposer la cuisine cachère dans nos écoles et qu’aux Français adeptes de toutes les religions qui prônent la nourriture végétarienne.
On a l’impression que ce ministre (chargé, rappelons-le, du bon déroulement des élections) voudrait limiter le droit de vote aux seuls Français « de souche », chrétiens de religion et adhérents à l’UMP de préférence.
C’est imbécile, ensuite, parce que sortir la viande halal comme thème de campagne quelques jours après Marine Le Pen c’est évidemment « un peu gros ». Guéant est-il à ce point à court d’idées qu’il lui faille ainsi trottiner derrière la candidate de l’extrême-droite ?
C’est imbécile, enfin, parce qu’après avoir traité, la semaine dernière, les sympathisants du Front National de « nationalistes et socialistes », autant dire de nazis, il va, avec cette amorce de « ratonnade », scandaliser un bon nombre de Français qui pensent que le droit de vote est, naturellement, inhérent à la nationalité, mais qui trouvent qu’il est inadmissible qu’un ministre de l’Intérieur (et des Cultes) de la République stigmatise ainsi les fidèles d’une religion, aussi difficile soit-elle à intégrer dans la communauté nationale.
En moins de huit jours, Guéant perd sur tous les tableaux. La démagogie multidirectionnelle est un art plus difficile que ne le croit ce piètre bonhomme.

Mots-clefs : , ,