Après les abandons de Borloo et de Christine Boutin, on nous annonce qu’Hervé Morin va, à son tour, renoncer à se présenter aux présidentielles.
Si certains peuvent regretter que le radical-écolo de Valenciennes ait déclaré forfait avant même d’entrer en campagne, personne ne pleurera ni « la punaise de sacristie du Parti Chrétien démocrate », ni « le mythomane du Nouveau centre » qui a prétendu avoir assisté au Débarquement de Normandie des années avant sa naissance. Mais une chose est évidente, la droite, la vraie, celle qui défend l’indépendance de la France (voire sa grandeur), la liberté individuelle, l’Etat de droit, les Droits de l’homme et la solidarité, n’est plus représentée dans la course à l’Elysée que par Dupont-Aignan et Villepin, deux candidats qui oscillent entre 1 et 2% dans les sondages, comme le faisaient, d’ailleurs, Boutin ou Morin.
Parmi tous les dégâts qu’aura provoqués Nicolas Sarkozy, on peut dire qu’il aura, aussi, tué la droite traditionnelle française. Oubliant qui l’avait fait roitelet, il a passé son quinquennat à trahir son électorat en pratiquant l’ouverture à gauche, le racolage à l’extrême-droite, le refus du dialogue social, la complaisance vis-à-vis des riches, le mépris à l’égard des pauvres, l’alignement sans pudeur derrière les Etats-Unis et sans vergogne derrière l’Allemagne, l’ingérence armée en Côte d’Ivoire et en Libye, etc.
Du coup, l’électorat de droite qui n’ose plus être nostalgique de de Gaulle en est arrivé à regretter Chirac. En 2007, Sarkozy lui avait promis « la rupture » et il avait compris « la renaissance », « la résurrection » d’une France forte, d’un Etat irréprochable, d’une économie florissante, d’une société harmonieuse et presque fraternelle. Or, tout au cours du quinquennat, tout s’est délité, l’Etat, l’économie, la société et personne n’a compris ce que pouvait bien être ce sarkozisme qui avait eu le culot de se présenter comme le nouvel avatar de la droite française du XXIème siècle.
Aux yeux de l’opinion, le sarkozisme c’est, d’abord et avant tout, l’obsession de l’insécurité (que Sarkozy n’est pas arrivé à maitriser), la peur de l’immigration (qui n’a fait que continuer), la remise en cause brutale (« courageuse » diront ses amis) de certains « avantages acquis », la soumission désespérée aux marchés, aux fonds de pension et aux agences de notation.
C’est purement et simplement de l’électoralisme dans ce qu’il a de plus démagogique, même si les sondages actuels ne le confirment pas, mais ce n’est sûrement pas une politique « de droite » qui doit avoir « une vision », « une certaine idée de la France » et qui refuse la peur, la haine des autres et la dictature de « la corbeille ».
Sarkozy se présentait comme un « volontariste » de droite. Il n’aura été qu’un « activiste », au pire sens du terme, vibrionnant au gré de ses échecs et des sondages, sans colonne vertébrale, sans ligne directrice, sans repère. Mais avec son faux nez de droite, cet usurpateur s’est installé dans le bureau du Général et, sautant comme un cabri sur son tabouret, répète : « Je suis de droite, je suis la droite ».
Curieusement, les Français sont tombés dans le piège et en sont arrivés à confondre « droite » et « sarkozisme » sans se rendre compte que le sarkozisme c’était, tout au plus et surtout en période électorale, l’extrême-droite.
Avec ce subterfuge, Sarkozy a dégouté de la droite une grande majorité des Français. 60% d’entre eux se disent prêts à voter pour le candidat socialiste alors qu’entre droite et gauche c’est toujours plus ou moins 50/50.
Les Français de droite sont tellement écoeurés par les palinodies de celui qu’ils avaient élu en 2007 qu’ils ne veulent même pas s’apercevoir qu’il leur reste deux petits, tout petits candidats de droite respectables, Dupont-Aignan et surtout Villepin. Oui, je sais, j’insiste un peu. Mais c’est parce que je n’en démords pas.
Une chose est sûre en tous les cas. Si Sarkozy est battu, comme on peut le prévoir, le salmigondis du sarkozisme explosera tel un ballon de baudruche et une droite respectable pourra alors renaître de ses cendres.

Mots-clefs : ,