On peut parfaitement ne pas être d’accord avec l’idéologie, les slogans, le programme du Front national et donc combattre, au nom d’un certain nombre de principes, pour ne pas dire de « valeurs », Marine Le Pen. Mais ce que vient de faire Eva Joly est totalement scandaleux et il est bien dommage que l’ensemble de la classe politique ne l’ait pas immédiatement condamnée.
Sans doute un peu à bout d’arguments, alors pourtant qu’il n’en manque pas, la candidate officielle d’Europe-Ecologie-Les-Verts à la présidentielle a, en effet, accusé la candidate officielle du Front national à cette même présidentielle d’être… « l’héritière d’un tortionnaire ».
Que Jean-Marie Le Pen a it voulu participer aux « opérations de maintien de l’ordre » en Algérie (alors qu’il était député) et que les parachutistes, sous les ordres du gouvernement socialiste de Guy Mollet (dont François Mitterrand était le garde des Sceaux), aient, pour lutter contre le terrorisme du FLN, parfois utilisé des méthodes qu’on ne peut que condamner, personne ne le conteste.
Plusieurs millions de jeunes Français ont servi en Algérie pendant cette guerre qui n’osait pas dire son nom et on peut noter que tous ceux qui ont accusé Le Pen d’avoir été un tortionnaire ont tous été condamnés ce que semble ignorer l’ancienne juge d’instruction.
Mais ce qui est inadmissible c’est qu’Eva Joly invente maintenant « le délit de filiation ». Pour la pétroleuse aux lunettes rouges, Marine Le Pen n’est pas seulement une candidate d’extrême-droite, xénophobe, raciste, fasciste, etc., elle est avant tout « la fille de… ».
Eva Joly veut poursuivre en justice l’écrivain qui a publié dans Le Point un article (très drôle) sur son accent épouvantable qui, évidemment, la discrédite totalement pour entrer à l’Elysée. Elle accuse Besson de xénophobie alors pourtant qu’il n’est pas nécessaire d’être xénophobe pour souhaiter que le président de la République française parle notre langue sans accent. On espère d’ailleurs que, de son côté, Harald V, roi de Norvège, parle le norvégien sans accent.
En fait, très curieusement, la « Khmère verte » reprend là les pires méthodes de l’extrême-droite de l’entre-deux guerres qui accusait Léon Blum d’avoir « des aïeux qui s’étaient gratté les poux à l’ombre des Carpates ».
On attend avec impatience les réactions des associations de défense des Droits de l’homme. Qu’auraient-elles dit si quelqu’un s’était permis, en 2007, de reprocher à Ségolène Royal d’être la fille d’un officier ayant servi en Algérie ? Marine Le Pen est responsable de ses propos, de son programme, de son parti qu’on peut aisément condamnés, elle n’est en rien responsable de la jeunesse de son père.
Après l’avoir appelée « Eva dans le mur », ses « amis » écolos qualifie maintenant Eva Joly d’« omelette norvégienne ». En bavant ainsi, l’omelette a donné une bien sale tournure à sa campagne.

Mots-clefs : ,