On nous a toujours raconté que la bourse était le meilleur reflet de la situation économique du pays. Et nous le croyions volontiers, ne voulant pas imaginer que les boursicoteurs puissent jouer sur l’effondrement du pays et s’enrichir grâce aux malheurs des gens.
Eh bien, ce lundi pourrait nous faire douter que les investisseurs de tout poil –« les riches », comme dit la gauche- soient vraiment intéressés par le développement du pays, la croissance de notre économie et la lutte contre le chômage.
Aujourd’hui, la bourse de Paris a fait un bond superbe. + 5,46%. De quoi nous réjouir et reprendre espoir ?
Pas vraiment.
Ce matin, des chiffres mensuels du chômage sont tombés. Catastrophiques. +1,2%. Les plus mauvais chiffres depuis douze ans. En clair, il y a désormais 2.814.000 chômeurs de la première catégorie et 4.449.000 chômeurs toutes catégories confondues. 626.000 jeunes de moins de 25 ans sont au chômage et 847.000 séniors sont au chômage. Et la bourse a gagné 5,46% !
Mais ce n’est pas tout.
Ce matin aussi, l’OCDE qui n’est pas une organisation de plaisantins a annoncé que la France était en récession pour ce quatrième trimestre 2011 et qu’elle le sera aussi pour le premier trimestre de 2012. Selon l’OCDE qui prévoyait pour nous, il n’y a pas si longtemps, une croissance de 2,5% pour 2012, nous ne pouvons désormais pas espérer avoir une croissance supérieure à 0,3%. Rappelons que, pour faire baisser (un peu) le chômage, il faudrait une croissance de plus de 2,5%. L’OCDE annonce donc que la France dépassera les 10% de chômeurs en 2012.
Pour l’OCDE, il est indispensable que le gouvernement lance immédiatement un troisième plan de rigueur d’au moins 8 milliards. Après celui de 12 milliards et celui de 7 milliards qui n’ont pas été suffisants.
A Bercy où l’on prépare sans doute si ce n’est les fêtes de Noël du moins la campagne présidentielle, François Baroin et Valérie Pécresse ont passé la journée à répéter qu’il n’était pas question d’un troisième plan de rigueur. Comme s’ils avaient reçu ordre de continuer à nier toutes les évidences.
Et tout cela n’a pas empêché la bourse de gagner 5,46% !
Naturellement, on nous dira que les boursicoteurs veulent faire preuve d’optimisme et entrainer derrière eux tout le pays à la reconquête de la croissance et des marchés. D’autres, plus prudents, se contenteront de faire remarquer qu’à la bourse il y a des hauts et des bas et qu’avant longtemps les indices pourraient bien replonger.
Mais on peut se demander, ce soir, ce que nos 4,5 millions de chômeurs et les 870.000 familles que les « Restos du coeur » vont devoir nourrir cet hiver pensent des « riches » qui ont gagné 5,46% dans la seule journée de ce lundi noir qui ne fut pas euphorique pour tout le monde.
Ce qui est sûr, c’est qu’il y a quelque chose de dérégler dans ce système. On pourra nous raconter n’importe quoi, il est monstrueux que certains aient pu s’enrichir aujourd’hui.

Mots-clefs : ,