Les sondages sont toujours intéressants et parfois amusants. Dans celui de la Sofres que publie aujourd’hui le Figaro Magazine, on apprend que Sarkozy bat Dominique Strauss-Kahn. Enfin ! doit-on se dire, ce matin, à l’Elysée. Un vieux rêve auquel plus personne n’osait croire et qui est exhaussé !
22% des personnes interrogées « font confiance au chef de l’Etat », alors que 17% souhaitent que DSK « ait un rôle important au cours des mois et des années à venir ».
Personne ne s’étonne que l’ancien directeur général du FMI, actuellement en résidence (de luxe) surveillée à New-York ait perdu 29% de sa cote de popularité et soit ainsi passé de la 1ère à la 28ème place. Ce qui est plus surprenant c’est qu’il y ait encore 17% de nos compatriotes à espérer qu’il puisse jouer un rôle important à l’avenir. Après tout pourquoi pas ? S’il était acquitté et si ses avocats arrivaient à convaincre non seulement le jury mais aussi l’opinion publique qu’il est innocent, il pourrait revenir en France et se préparer pour les présidentielles de… 2017. Nous n’en sommes pas là et restons sérieux.
Ce qui est important c’est de constater que, malgré cette affaire Strauss-Kahn qui a fait tous les titres de tous nos journaux pendant des semaines et porté, quoi qu’en en dise, un sérieux coup à la respectabilité du PS, et malgré les efforts évidents de Sarkozy, depuis quelque temps, pour tenter de se « présidentialiser », le président-sortant-candidat n’a gagné que deux malheureux points. Passant de 20 à 22% d’opinons favorables. C’est décourageant.
Il a fait partir Laurent Gbagbo, il a déclaré la guerre à Khadafy, il continue à faire la guerre en Afghanistan, il préside le G8, le G20, tous les Français ont vu DSK menotté, Carla attend un enfant, résultat : 2% de mieux ! Que faudrait-il inventer pour l’amener à un score correct qui pourrait lui donner des chances de l’emporter dans quelques mois ?
A gauche ça va plutôt bien puisque François Hollande gagne 6 points, à 46% et même s’il est encore très loin des performances de DSK autrefois, il prend la tête du classement. Sauf que… ça ne va peut-être pas si bien que ça puisque Martine Aubry le talonne à 45% ce qui pourrait bien laisser augurer de primaires particulièrement sanglantes.
Intéressants aussi le score de Nicolas Hulot, inchangé à 43%, celui de Borloo, 38% (+2) et même ceux de Bayrou 29% (+2) ou Villepin, 25% qui perd 2 points mais qui, il faut le reconnaître, sort à peine du tribunal. Sans parler du résultat de Marine Le Pen, 25% (-3 points).
Précisons que pour tous ces candidats il ne s’agit pas d’« intentions de votes » mais de « cotes d’avenir » alors que pour Sarkozy il s’agit d’une « cote de confiance ».
Il n’empêche qu’on s’aperçoit que Sarkozy n’arrive toujours pas à remonter, qu’au PS, Martine Aubry ou François Hollande vont peut-être pouvoir suppléer honorablement DSK, que Marine Le Pen se « tasse » un peu, comme prévu, mais tient bien le coup et que les centristes commencent à prendre des couleurs.
Ce sont sans doute ces centristes ou supposés tels, Borloo, Bayrou et Villepin, qui vont être les plus intéressants à observer. D’abord, parce que s’ils continuent à progresser, ils pourraient éliminer Sarkozy au premier tour et nous valoir un second tour PS-FN, le fameux 21 avril à l’envers. Ensuite, parce que si l’un des trois arrivait à se qualifier pour le second tour, il serait sans aucun doute élu en face de Marine Le Pen ou du candidat du PS. Le rêve fou de Bayrou en 2007.
Ce qui est bien avec les sondages c’est qu’ils nous permettent de parler d’autre chose que des scandales à la mode.

Mots-clefs : ,