Ce n’est qu’un détail, bien sûr. Mais il est vraisemblable que cela horripile beaucoup de Français. Il faudrait que Nicolas Sarkozy et Carla Bruni arrêtent de se tenir par la main en public. Ils n’ont plus 15 ans !
Il est président de la République et elle est « la première dame de France », même si ce titre n’est pas reconnu par la Constitution. Cela suppose, exige même une certaine tenue.
Qu’ils soient encore éperdument amoureux l’un de l’autre, qu’il ait, enfin, trouvé la femme de ses rêves et elle l’homme de sa vie, nous nous en réjouissons tous. Mais ce n’est vraiment pas la peine d’afficher ainsi, en permanence, leur bonheur comme des stars d’un réalité show de série B.
Depuis deux jours, nous les voyons roucouler en Inde. Les Indiens qui mélangent les traditions des maharadjas et l’éducation britannique sont particulièrement sensibles au protocole. De quoi notre couple présidentiel a-t-il l’air ?
Même au pays du Kama Soutra, ils sont en voyage officiel, pas en voyage de noces.
On nous raconte que l’opinion publique indienne est particulièrement sensible au charme de Carla, que la presse locale fait davantage ses titres sur elle que sur le président et que donc Sarkozy a bien fait d’emmener sa femme là-bas pour décrocher des contrats.
On nous raconte n’importe quoi. Ne nous y trompons pas. Les Indiens avaient été scandalisés par la dernière visite de Sarkozy. Le programme avait été raccourci car le président français voulait vite retrouver sa femme en France. Cette fois, ils sont donc intrigués par la femme en question. Et, comme dans tous les pays du monde, les lecteurs de la presse populaire sont encore étonnés qu’un chef d’Etat divorcé deux fois ait épousé à la va-vite un ancien top modèle au passé agité. Il ne faut jamais confondre curiosité (surtout quand elle est un peu malsaine) et admiration.
Il y a bien peu de chances que la présence de Carla suffise à faire acheter par les Indiens des Rafale, des TGV et des centrales nucléaires. Et il n’est pas sûr que la tenue des amoureux du Taj Mahal redore considérablement l’image de la France.

Mots-clefs : , ,