Cette nuit, les débats à l’Assemblée ont été stupéfiants, honteux, déshonorants pour la démocratie française. Il ne faudra pas s’étonner si, un jour, des anarchistes rebalancent des bombes à l’intérieur de l’hémicycle. On comprend, en tous les cas, pourquoi l’absentéisme fait des progrès d’élection en élection.
Mais comment ont-ils osé ?
La discussion portait sur un texte prévoyant des sanctions pour un député « qui aurait omis sciemment de déclarer son patrimoine ou qui aurait menti sur ses revenus ». Les peines encourues étant de deux ans de prison, d’une amende de 30.000 € et d’une inéligibilité.
Quoi de plus normal ? On était même surpris d’apprendre ainsi que ces dispositions n’étaient pas prévues depuis longtemps. Comment un élu du peuple, chargé d’écrire les lois, de voter le budget de la Nation et de surveiller le gouvernement, pourrait-il mentir sur son propre patrimoine et ses propres revenus ?
Devant un tel texte, un vote à l’unanimité s’imposait, évidemment. C’était pour nos parlementaires, bien souvent soupçonnés et même accusés des pires vilenies, de toutes les combines et d’un bon nombre de magouilles, une merveilleuse occasion de prouver à l’opinion publique qu’ils étaient, en fait, de « braves types » (ce qui est parfois le cas), entièrement dévoués à la cause du pays (ce qui est déjà plus rare), incorruptibles et bien décidés à chasser sans pitié toute brebis galeuse qui aurait réussi à se glisser dans le troupeau.
Eh bien, pas du tout ! Christian Jacob, nouveau président du groupe UMP, a déposé un amendement (en accord avec Jean-François Copé, son prédécesseur et désormais patron de l’UMP elle-même) pour annuler toutes ces sanctions prévues par le texte. On en tombe à la renverse.
En clair, Copé, Jacob et une bonne partie des députés de la majorité (qui ont signé l’amendement) estiment « en leur âme et conscience » ( !) qu’un parlementaire peut parfaitement être une crapule avec un patrimoine douteux et des revenus cachés !
Ne parlons même pas de morale ce qui les ferait, sans doute, rire aux larmes mais faut-il qu’ils soient plus bêtes que nature pour ne pas comprendre qu’avec ce genre d’attitude ils scient la branche sur laquelle ils se gobergent avec tant de délectation. Ont-ils oublié l’effet pour le moins déplorable qu’avait provoqué l’autoamnistie qu’ils s’étaient déjà accordé voici quelques années. Cette fois, c’est mieux encore. C’est de l’amnistie préventive !
Certains de leurs collègues, de droite comme de gauche, ont tout de même compris la monstruosité de l’amendement. Cependant, comme il ne fallait pas faire perdre la face au nouveau président du groupe UMP, on a coupé la poire en deux. Les crapules n’iront pas en prison mais il leur faudra payer une amende et ils encourront des peines d’inéligibilité.
Le texte sera définitivement adopté en janvier prochain. On veut croire que d’ici là, certains auront réussi à ouvrir les yeux de leurs collègues.
Mais quelle honte !

Mots-clefs : ,