Voici un sondage qui sort un peu de l’ordinaire. Harris a demandé aux Français, pour l’hebdomadaire VSD, quelles étaient les personnalités qui… les « agaçaient » le plus.
A première vue, cela ressemble à un petit jeu de fin d’année. En fait, l’idée est beaucoup plus intéressante qu’il n’y parait. On sait, en effet, qu’aujourd’hui, plutôt que de choisir un candidat qui les séduirait, les Français rejettent ceux qu’ils ne peuvent pas souffrir. On ne vote plus par adhésion à des idées, à un programme ou à tel ou tel bonhomme (voire à telle ou telle bonne femme) mais parce qu’on déteste les autres. On ne choisit plus, on élimine. On vote par défaut. Non plus pour le meilleur mais pour « le moins pire ». Et certains électeurs qui trouvent que tous les candidats sont « pires les uns que les autres » en sont réduits à choisir l’abstention.
Du coup, l’idée de VSD était excellente. On peut naturellement contester le mot « agacer ». Il aurait sans doute mieux valu demander aux Français quels étaient ceux qu’ils « détestaient » le plus. On peut être « agacé » par quelqu’un sans pour autant le vouer aux gémonies et lui refuser à tout jamais sa voix. Mais VSD se veut « modéré ».
Les résultats de ce sondage n’apportent qu’une seule véritable surprise. On s’attendait à voir Nicolas Sarkozy caracoler loin en tête de ce classement. Il le méritait amplement. Même ses plus fidèles « amis », que ce soit François Fillon, Jean-François Copé ou Jean-Louis Borloo, ne nous ont jamais caché qu’ils le trouvaient, par moments et même bien souvent, « agaçant ».
Eh bien, pas du tout ! Le président de la République n’arrive qu’en 4ème position. Il n’« agace » que 63% des Français. Loin derrière Ségolène Royal qui « agace » 73% de nos compatriotes et Brice Hortefeux, 70%, et juste derrière Marine Le Pen, 64%.
Ensuite, on trouve Martine Aubry, 54%, François Bayrou, 52%, Jean-François Copé, 47%, et, tout en bas du classement, François Fillon, 39%, et Dominique Strauss-Kahn avec un bien modeste 30%.
Que Ségolène Royal fasse un superbe score, personne ne s’en étonnera même s’il semble qu’elle « horripile » plus qu’elle n’« agace », notamment les membres du PS. Hortefeux, lui, n’« agace » que ses collègues du gouvernement avec ses dérapages incontrôlables. L’inventeur de la « présomption de culpabilité », condamné par la justice pour propos racistes et violation de la présomption d’innocence, soulève carrément le cœur des Français et notamment des Français de droite qui lui reprochent de donner une image détestable de leur camp. Quant à Marine Le Pen, ce qu’elle a sans doute de plus « agaçant » c’est qu’elle est parvenue, contre toute attente, à redonner vie à un Front National qu’on nous annonçait agonissant et qu’on voyait déjà disparaitre après le retrait de son père.
Les experts en politique ne retiendront, bien sûr, que deux chiffres : les 63% de Sarkozy et les 30% de DSK. A peu de choses près, ils correspondent aux résultats de certains sondages qui prédisent un second tour des présidentielles de 2012 où DSK l’emporterait sur Sarkozy avec 60% des voix.
Mais on peut tout de même s’étonner car s’il y a bien quelqu’un d’« agaçant » aujourd’hui dans notre personnel politique, c’est évidemment le directeur du FMI qui a réussi le tour de force de devenir le « vainqueur évident de 2012 » en étant simplement absent et silencieux, tout en jouant les « coquettes » qui se font supplier par leur fan club.
Il ne reste plus aujourd’hui que Christian Jacob, nouveau patron des députés UMP à l’Assemblée et qui n’est sûrement pas « une flèche », à croire que « Strauss-Kahn n’osera pas se présenter ». Si, d’après ce sondage, DSK n’est pas « agaçant », Jacob devrait comprendre qu’il n’en est que plus redoutable.

Mots-clefs : , ,