Nicolas Sarkozy continue à dégringoler dans les sondages. Cà ne surprendra personne. Dans le dernier « baromètre » TNS/Sofres que va publier le Figaro-Magazine, il n’y a plus que 26% des Français à lui faire confiance (-2) et 71% des Français ne lui font pas confiance (+4). On peut noter que 83% des salariés du public ne lui font pas confiance, ce qui pourrait bien annoncer une rentrée sociale « chaude ».

Et maintenant le chef de l’Etat entraîne dans sa chute son premier ministre : 35% des Français font confiance à François Fillon (-2), 61% ne lui font pas confiance (+4).

Pratiquement, tous les ministres dégringolent aussi. Hortefeux et Luc Chatel : -4, Rama Yade, Pécresse, Eric Besson : -3, Borloo, Alliot-Marie, Morin, Woerth : -2 (mais cette enquête a été réalisée avant que n’éclate vraiment le scandale Bettencourt-Woerth).

Le record, c’est Kouchner : -7 ! On ne comprend pas très bien cette chute brutale du ministre des Affaires Etrangères. Mais personne n’avait jamais compris non plus pourquoi ce personnage pour le moins équivoque avait si longtemps fait partie des personnalités les plus populaires. Les Français viennent, peut-être, de se rendre compte que ce transfuge de l’ouverture ne sert strictement à rien.

Christine Lagarde, Baroin, Frédéric Mitterrand restent stables alors que, très curieusement, Roselyne Bachelot est la seule à monter, +2, ce qui ne devrait pas durer.

Mais le plus étonnant dans ce sondage, c’est que toutes les personnalités de l’opposition dégringolent, elles aussi. Strauss-Kahn, Hollande, Delanoë : -4, Valls, Duflot, Besancenot : -3, Fabius : -2, Anbry, Royal, Hamon : -1. Sans parler de Cohn-Bendit: -5.

L’opposition ne profite donc absolument pas de la déconfiture du pouvoir. Ni la réorganisation du PS, ni la mobilisation, plutôt réussie, contre la réforme des retraites ne lui ont servi à rien. Les Français n’ont pas cru au contre-projet présenté par Martine Aubry et il semble bien qu’ils reprochent à Dominique Strauss-Kahn d’être à Washington et, pire, d’être devenu, en tant que patron du FMI, l’un des plus farouches partisans de la rigueur.
Avec Roselyne Bachelot, deux seules personnalités gagnent des points. Marine Le Pen, +3 et Dominique de Villepin : +2.

Avec 18% d’opinions favorables (ce qui la met en 22ème position) Marine Le Pen fait mieux que son père (11%). Sa tentative de « dédiaboliser » le Front National semble donc lui réussir.

Avec 30% d’opinions favorables (ce qui le met en 8ème position, juste derrière Borloo et Ségolène Royal) Villepin commence à devenir « crédible ».
Mais ce sondage révèle surtout le découragement, voire le mépris des Français devant leur personnel politique. C’est grave.

Mots-clefs : ,